Forum défense et géopolitique
Le Webmaster et les membres du forum vous souhaitent la bienvenue et vous invitent cordialement à les rejoindre en vous inscrivant
Forum créé le 1er Février 2010

Forum défense et géopolitique

 


AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Armée Française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
AuteurMessage

K-129

Modérateur

Modérateur

Messages : 2422
Inscription : 17/04/2010

MessageSujet: France: embuscade d'Uzbeen Sam 8 Déc 2012 - 23:19

Avis défavorable pour déclassifier les documents relatifs à l’embuscade d’Uzbeen

8 décembre 2012 – 13:21

Citation :
Le 18 août 2008, 10 militaires français trouvèrent la mort lors d’une embuscade tendue par les insurgés afghans dans la vallée d’Uzbeen, dans le district de Surobi. Quelques familles de ces soldats tués au combat ont depuis entrepris une action en justice, estimant que l’opération en question avait été mal préparée à cause, notamment, de l’insuffisance de moyens en matière de renseignement.

En janvier dernier, la cour d’appel de Paris a donné le feu vert à la justice pour ouvrir une enquête sur les circonstances de cette embuscade afin de déterminer, d’éventuels manquements de la chaîne de commandement au moment des faits. Cette décision a ainsi contredit celle qu’avait prise, quelques mois plus tôt, le parquet de Paris, qui avait estimé que l’on ne pouvait pas condamner l’armée pour la mort de soldats en opération.

Quoi qu’il en soit, Sabine Kheris, en qualité de juge d’instruction au tribunal de Paris en charge de l’information judiciaire ouverte pour “mise en danger d’autrui et d’abstention volontaire d’empêcher un crime ou un délit contre l’intégrité d’une personne”, a demandé, le 8 octobre, au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, la déclassification de documents concernant l’embuscade d’Uzbeen.

Ce dernier a donc transmis, le 31 octobre dernier, cette requête à la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN), laquelle n’a pas tardé à répondre. En effet, selon le Journal Officiel du 7 décembre, elle a émis un avis défavorable à la déclassification des documents demandés à l’issue de sa réunion du 22 novembre.

A moins que, pour cette fois, le ministre en décide autrement, ce qui est fort peu probable étant donné que les avis donnés par la CCSDN sont suivis dans leur quasi-totalité, le juge d’instruction ne devrait pas avoir accès aux documents demandés.

Qui plus est, le ministère de la Défense s’est toujours montré extrêmement réticent sur la question de la “judiciarisation” des opérations militaires, laquelle laisserait à penser qu’un militaire tué en mission n’est pas un combattant mais une “victime.”

“L’esprit de décision des chefs militaires ne doit pas être inhibé par la prise de risque inhérente au métier des armes” avait affirmé le chef d’état-major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, au début de cette année. “Un soldat qui meurt au combat n’est pas une victime. C’est d’abord un homme ou une femme qui va au bout de son engagement” avait-il ajouté.
http://www.opex360.com/2012/12/08/avis-defavorable-pour-declassifier-les-documents-relatifs-a-lembuscade-duzbeen/
Revenir en haut Aller en bas

Ishak

Modérateur

Modérateur

Messages : 799
Points actifs : 1437
Localisation : Blida
Inscription : 03/03/2011
Nationalité : Algérie

MessageSujet: France: 150 légionnaires en renfort à Bangui Sam 29 Déc 2012 - 23:21

150 légionnaires du 2ème REP arrivés en renfort à Bangui

29 décembre 2012 – 11:07

Citation :
Après la violente manifestation contre l’ambassade de France à Bangui, en République centrafricaine (RCA), dont les institutions sont menacées par une rébellion armée, le président François Hollande a demandé au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des ressortissants français établis dans ce pays.

Environ 250 militaires français – essentiellement du 8ème Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine (RPIMa) – sont actuellement déployés en RCA dans le cadre de l’opération BOALI, dont l’objet est d’apporter un soutien logistique à la Mission de consolidation de la paix en République Centrafricaine (MICOPAX) et de former les Forces armées centrafricaines (FACA).
http://www.opex360.com/2012/12/29/150-legionnaires-du-2eme-rep-arrives-en-renfort-a-bangui/

Spoiler:
 


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

zulfikar

Colonel

Colonel

Messages : 1811
Points actifs : 2421
Localisation : ****
Inscription : 21/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: France: reconnaissance au Tchad Dim 30 Déc 2012 - 22:40

Mission de reconnaissance dans le désert tchadien

30 décembre 2012 – 12:58



Citation :
Une opération de reconnaissance en milieu désertique a été réalisée par le groupement “Terre” des Eléments français au Tchad (EFT, ou Force Epervier) dans la région du Djourab, à 1.200 km de N’Djamena, du 7 au 24 décembre.

Cette mission a mobilisé 150 militaires du 1er Régiment Etranger de Cavalerie (REC) et du 21e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa). Plus précisément, ce détachement était composé de 3 sections de combat, d’un peloton blindé doté d’ERC-90 Sagaie et d’une Section d’Aide à l’Engagement Débarqué (SAED), équipée de VLRA (Véhicule léger de reconnaissance et d’appui) et de VAB (Véhicule de l’avant blindé ).

En outre, les hommes du 1er Régiment du Train Parachutiste (RTP) ont également pris part à cette mission en effectuant deux largages depuis un avion de transport C-160 Transall de l’armée de l’Air pour livrer plus de 8 tonnes de fret aux troupes déployées dans le secteur.

L’objet de cette mission a été de mettre à jour les cartes de cette région, sujette au tempêtes de sable et aux glissements de terrains, en effectuant des reconnaissances sur les axes reliant le Niger et le centre-est ainsi que le nord-est du Tchad tout en y recensant les points d’eau. Et il s’est également agi d’apporter de l’aide aux populations locales.

Mais plus généralement, l’enjeu de l’opération Djourab a été, selon le ministère de la Défense, “d’éprouver la capacité de la force à déployer d’importants moyens matériels et humains dans un environnement difficile, sur plusieurs semaines, à plus d’un millier de kilomètres de sa base principale” et de valider les compétences de la compagnie motorisée (COMOTO) et du peloton blindé en matière de “de renseignement, tant ‘ d’ambiance’que de ‘terrain’.” L’on ne sait jamais, avec ce qu’il se passe au Nord-Mali, cela pourrait éventuellement être utile le cas échéant…
http://www.opex360.com/2012/12/30/mission-de-reconnaissance-dans-le-desert-tchadien/


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Ishak

Modérateur

Modérateur

Messages : 799
Points actifs : 1437
Localisation : Blida
Inscription : 03/03/2011
Nationalité : Algérie

MessageSujet: France: les harkis de Kaboul Jeu 3 Jan 2013 - 11:32



Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

Eagle one

Adjudant

Adjudant

Messages : 577
Points actifs : 923
Localisation : Djanet
Inscription : 27/07/2012
Nationalité : Algérie

MessageSujet: France: 580 postes d'officiers supprimés Sam 5 Jan 2013 - 0:26

Défense : Jean-Yves Le Drian supprime 580 postes d'officiers de l'armée française en 2013

Michel Cabirol | 04/01/2013, 06:07 - 579 mots

Les ministres du Budget et de la Défense ont fixé pour 2013 les plafonds des effectifs pour chaque grade. La baisse des effectifs des officiers est d'environ 2 % pour un total de 28.513 postes attendus en fin d'année. Les effectifs des officiers généraux sont quant à eux réduits de 5,20 %.



Citation :
Le "repyramidage" (évolution de la pyramide des grades) était très attendu par les militaires, notamment par les officiers sur le qui-vive. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, va supprimer 580 postes d'officiers en 2013. Sous la vigilance de Bercy, l'Hôtel de Brienne a fixé le plafond des effectifs des officiers généraux pour 2013. Les arrêtés ont été publiés. Fin 2013, ils ne seront plus que 364 officiers généraux relevant de l'état-major des armées (contre 384 en 2012). Soit une réduction des effectifs de 5,20 %. Ce sont notamment les généraux de brigade et les contre-amiraux (212 contre 229 en 2012), qui souffrent le plus du repyramidage avec une perte de 17 postes (- 7,42 %).

Chez les officiers supérieurs (colonel, capitaine de vaisseau, lieutenant-colonel, capitaine de frégate, commandant et capitaine de corvette), le plafond des effectifs a été fixé à la fin de l'année à 11.793 (contre 12.013 en 2012). Soit une décrue de 1,8 % (220 postes). Les colonels bassent sous la barre symbolique des 2.000 postes (1.924 contre 2.003 en 2012). Enfin, le plafond des officiers subalternes a été ramené à 16.356 (contre 16.696 en 2012). Soit une perte de 340 postes (- 2 %). Au total, l'armée française comptera 28.513 officiers à fin 2013, contre 29.093 en 2012. Soit 580 postes d'officiers supprimés (- 1,99 %).

Le taux d'encadrement épinglé par la Cour des comptes

La Cour des comptes avait critiqué dans un rapport publié en juillet 2012 le taux d'encadrement au sein des armées. Elle avait notamment épinglé l'augmentation continue de la masse salariale, notamment celle des officiers supérieurs, qui n'est pas en cohérence avec la diminution des effectifs. La masse salariale s'est en effet envolée d'un milliard d'euros entre 2008 et 2011 alors que la loi de programmation militaire (LPM) prévoyait une économie du même montant. Le ministre de la Défense avait abondé dans le sens des sages de la rue de Cambon. "Ces dernières années, on a assisté à un renforcement des grades les plus élevés aux dépens des autres. Nous ne pouvons continuer dans cette voie, car nous prendrions alors le risque de ne plus disposer de militaires du rang en nombre suffisant", avait-il expliqué début octobre à l'Assemblée nationale. Et d'estimer qu'on "ne saurait s'attaquer à la question du repyramidage sans s'attaquer à celle des avancements. La réduction des avancements, qui pourra aller jusqu'à 30 % pour certains grades uniquement, ne concerne pas l'année 2012. Un effort particulier en ce sens est prévu pour 2013".

Au Sénat, Jean-Yves Le Drian avait assuré mi-octobre que "les dépenses de personnel ont été budgétées avec sincérité. Les 11,2 milliards d'euros de masse salariale, hors pensions et hors opérations extérieures, correspondent au même montant qu'en 2012 mais avec des effectifs qui auront été diminués en 2013. Le ministère obtient donc cette année des crédits fixés au juste niveau. Il met fin à plusieurs années de sous-évaluation de la budgétisation des crédits de titre 2, qui se traduisait nécessairement par des compléments de ressources de la masse salariale en cours d'année". Cela a encore été le cas en 2012.

84.579 militaires de rang en France

Le ministère de la Défense a également fixé les plafonds pour les effectifs de sous-officiers et des militaires du rang. Les arrêtés ont également été publiés. Fin 2013, il y aura 94.395 sous-officiers et 84.579 militaires de rang, ces derniers pouvant pratiquement contenir dans le Stade de France (81.338 places). Un comble quand on sait que la population française a été évaluée à 65,35 millions de personnes.
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20121231trib000739964/defense-jean-yves-le-drian-supprime-580-postes-d-officiers-de-l-armee-francaise-en-2013.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

Alien

Modérateur

Modérateur

Messages : 4634
Points actifs : 5566
Localisation : Tlemcen
Inscription : 16/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Armée Française Mer 11 Sep 2013 - 12:43

France: L'armée va sanctionner deux militaires pour un geste réputé antisémite  

11/09/2013



Citation :
Le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a demandé mardi 10 septembre au soir des "sanctions" en condamnant "avec la plus grande fermeté" le geste de deux militaires qui, en mission Vigipirate à Paris, ont été photographiés devant une synagogue faisant un geste réputé antisémite et popularisé par l'humoriste Dieudonné.

"Jean-Yves Le Drian a demandé au chef d'état-major de l'armée de terre de prononcer les sanctions disciplinaires qui s'imposent en pareil cas", a-t-on déclaré à l'AFP dans l'entourage du ministre.

La photo qui a déclenché la polémique a été postée "récemment sur les réseaux sociaux" mais pourrait avoir été prise "il y a quelques semaines ou quelques mois", avait expliqué auparavant le colonel Bruno Louisfert, responsable de la communication de l'armée de terre, en précisant qu'une enquête interne avait été ordonnée.

Deux chasseurs alpins avaient été photographiés faisant le geste dit de "la quenelle", inventé par Dieudonné, devant l'entrée de la synagogue Beth David, rue de Montevideo dans le 16e arrondissement.

Le site Slate explique que "pour certains, la quenelle est un salut nazi détourné qui exprime la lutte contre l'Etat d'Israël. Et que pour d'autres, elle n'est qu'un bras d'honneur, un geste potache et irrévérencieux, un signe d'exaspération populaire contre l'establishment et les médias". Avant d'ajouter : "mais s'il était intentionnel, un tel geste devant une synagogue laisserait peu de doute sur sa signification".

UN GESTE INTENTIONNEL ?

Les "deux jeunes soldats", du 13e bataillon de chasseurs alpins, "ont été entendus par leur hiérarchie, une fois revenus dans leur bataillon", basé à Barby (Savoie), car "ils ont été identifiés alors qu'ils avaient déjà quitté la capitale", avait précisé le colonel Louisfert.

Le chef d'Etat major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract Madoux, "au vu des comptes rendus, va se prononcer sur une sanction, car, clairement, il y aura sanction", avait affirmé également le colonel Louisfert.

"En l'état, la connotation antisémite n'est pas complètement avérée, mais néanmoins, le fait de s'exhiber devant une synagogue, volontairement ou non, n'est pas admissible", avait-il insisté. Le fait de savoir s'ils "se sont rendu compte qu'ils étaient devant une synagogue compte tenu de la discrétion de l'entrée du lieu de culte" est une des questions auxquelles l'enquête devra répondre.

"On ne peut pas tolérer des comportements inappropriés, certains comportements ne sont pas admissibles quand on porte l'uniforme. Ça engage l'institution", avait poursuivi M. Louisfert. Le général Ract Madoux "a décidé de sensibiliser très fermement toute la chaîne de commandement sur ce geste et ce qu'il peut impliquer", avait-il ajouté. Le Conseil représentatif des juifs de France (CRIF) avait fait part de sa "consternation", sur son site Internet, devant "le 'geste' choquant" des militaires.
http://www.lemonde.fr/international/article/2013/09/11/l-armee-va-sanctionner-deux-militaires-pour-un-geste-repute-antisemite_3475367_3210.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/

"Il y aura toujours un champs de bataille"
Revenir en haut Aller en bas

Ipman

Colonel

Colonel

Messages : 2003
Points actifs : 2717
Localisation : At home
Inscription : 26/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Armée Française Mar 15 Oct 2013 - 23:05

Pour boucler son budget, le ministère français de la Défense va revendre des équipements

mardi, 15 octobre 2013 19:21

Citation :
IRIB-Sans les recettes exceptionnelles, le montant du budget de la Défense s’éleverait à 29,62 milliards d’euros en 2014. Pour cette années, et afin de le maintenir au même niveau qui était le sien l’année précédente, il faut donc trouver 1,8 milliards d’euros.

Dans le rapport indexé au projet de Loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2014-2019, les ressources exceptionnelles (6,1 milliards d’euros) identifiées viendront du Programme d’investissements d’avenir (PIA), de la vente d’emprises immobilières jusque-là utilisées par le ministère de la Défense, de la mise aux enchères de la bande de fréquences comprise 694 MHz et 790 MHz et éventuellement de “cessions additionnelles de  de participations d’entreprises publiques”. Il est alors nullement question de la revente d’équipements militaires…

Sauf que, lors d’une audition devant les députés de la commission de la Défense, le chef d’état-
major des armées (CEMA), l’amiral Edouard Guillaud, a indiqué que “pour maintenir les ressources exceptionnelles au niveau des 1,8 milliard d’euros programmés en LPM, le PLF (ndlr, projet de loi de finances) prévoit en effet 50 millions d’euros de cessions de matériels”, en plus des 1,5 milliard du PIA.

Et de préciser que “plusieurs projets sont à l’étude”, dont “la vente du transport de chalands de débarquement (TCD) Siroco et d’hélicoptères Tigre”. Cela étant, le CEMA n’a pas montré un très grand enthousiasme à cette idée. “Je ne suis pas encore totalement rassuré. De telles négociations sont toujours longues…”, a-t-il dit aux députés.

Selon le projet de LPM, 16 hélicoptères Tigre au standard HAD (appui et destruction) devraient être livrés pendant la période 2014-2019. A terme, en plus de 81 Gazelle, l’Aviation légère de la l’armée de Terre (ALAT) disposera de 59 appareils de ce type, alors qu’initialement, il avait été prévu d’en commander 80, dont 40 en version HAP.

En 2013, l’ALAT compte 43 Tigre, essentiellement en version HAP. Ils seront progressivement mis au standard HAD, d’après ce qu’indique le projet de LPM. Aussi, les modalités de la  vente de quelques exemplaires (aucun chiffre n’a été avancé) évoquée par l’amiral Guillaud restent à préciser.

En revanche, la cession du TCD Siroco n’est pas une surprise. Elle était sous-entendue par le dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN), lequel a recommandé de réduire les capacités amphibies de la Marine à 3 unités (c’est à dire aux Bâtiments de projection et de commandement – BPC – actuellement en service).

Le TCD Siroco aurait normalement dû rester en service jusqu’en 2022, année où un 4e BPC, prévu par le LBDSN de 2008, désormais caduc, devait être livré. Déjà acquéreur du TCD Foudre en 2011, pour 43 millions d’euros, le Chili serait interressé par ce navire afin de garantir une permanence de ses capacités amphibies.
http://french.irib.ir/info/international/item/278911-pour-boucler-son-budget,-le-minist%C3%A8re-fran%C3%A7ais-de-la-d%C3%A9fense-va-revendre-des-%C3%A9quipements


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

Icarus

Colonel

Colonel

Messages : 2057
Points actifs : 2602
Localisation : Alger
Inscription : 01/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Armée Française Dim 10 Nov 2013 - 21:13

Missile M51 : un prochain tir sous très haute tension

9 novembre 2013 à 12h56 - 14 réaction(s) - Stéphane Jézéquel



Citation :
Le prochain tir de validation du missile M51, à partir du sous-marin nucléaire le Vigilant, devrait intervenir avant la fin de l'année. Jamais la pression n'avait atteint un tel niveau à bord d'un SNLE de l'Ile-Longue.

L'échec de mai dernier, qui avait vu l'explosion en vol d'un missile de type M51, met la pression sur le prochain tir. Un deuxième échec consécutif (une première dans la longue histoire de dissuasion nucléaire) mettrait à mal le principe fondamental de cette arme de dernier recours, reposant sur un concept d'absolue efficacité. La tension ressentie auprès des militaires est palpable mais ce n'est rien à côté des conséquences que pourrait avoir un nouvel échec dans le contexte économique actuel.

120 M€ pièce

Comment expliquer et justifier auprès d'une opinion publique à vif qu'un missile financé à hauteur de 120 millions d'euros fait l'effet d'un pétard mouillé. Les médias se chargeraient illico de rapprocher cet échec de la situation sociale tendue du moment. Et de rappeler qu'il s'agit bien du quatrième essai en mer, d'un sous-marin, contre les six avancés par les autorités afin d'améliorer le ratio.

Selon Jean-Marie Collin, directeur d'une structure qui regroupe des parlementaires pour la non-prolifération nucléaire et le désarmement, la pression est aussi politique. «Le nucléaire militaire ne fait pas l'objet du consensus affiché par le chef de l'État, en tout début de mandat. Un nouvel échec entraînerait à coup sûr une commission d'enquête parlementaire», estime-t-il.

Pression internationale également, avec, par exemple, le Canada qui n'aurait que très peu apprécié les derniers tirs de la France en direction de ses territoires.

Changement de zone de tir

Le prochain tir s'orienterait vers l'Amérique du Sud, avec les changements de paramétrages et d'organisations (autorisations, couloirs aériens...) que cela implique.

Pression aussi pour les marins eux-mêmes, qui n'ont pas le droit à l'erreur à bord de leur sous-marin nucléaire et qui ne souhaitent surtout pas voir une de ces mini-fusées Ariane, chargée de propergol solide, leur péter sous le nez.

Mais prendra-t-on le risque d'effectuer ce tir de validation avant l'imminent vote du budget de la loi de programmation militaire qui vise 23 milliards supplémentaires pour la continuation et la modernisation de la force de dissuasion ou le prochain conseil européen de Défense ?

«La faute aux capteurs»

Connaît-on d'ailleurs les raisons précises de l'échec précédent avant de réitérer l'opération ? Les maigres éléments dont on dispose évoquent une responsabilité des capteurs et de l'appareillage de mesures qui auraient modifié les conditions de vol du missile. Sans ces équipements ajoutés, l'industriel affirme que l'explosion, quelque temps après la mise à feu, n'aurait pas eu lieu.

Reste qu'un nouvel échec ouvrirait une sérieuse brèche dans le présumé intouchable sanctuaire de la dissuasion nucléaire française.

La permanence de la dissuasion est en jeu

D'ailleurs, quel est le statut opérationnel du Vigilant tant qu'il n'effectue pas ce tir de validation ? Ce retard accumulé fragilise la notion de la permanence à la mer (toujours un navire capable de porter le feu nucléaire), puisqu'il faut au moins deux sous-marins capables de soutenir le rythme. Si deux des quatre SNLE sont en entretien, comment assurer la permanence avec un Vigilant toujours pas qualifié ?
http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/france/missile-m51-un-prochain-tir-sous-tres-haute-tension-09-11-2013-2296573.php


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/



" Même dans les ténèbres les plus obscures, il y a toujours de l'espoir "
Revenir en haut Aller en bas

centurion

Adjudant

Adjudant

Messages : 530
Points actifs : 868
Localisation : tiaret
Inscription : 02/07/2012
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Armée Française Ven 27 Déc 2013 - 22:11

Centrafrique : les difficultés s’accumulent pour l’armée française

Publié le 27 déc 2013 - 8:27



Citation :
Les difficultés s’accumulent pour l’armée française en Centrafrique, pays en proie à des violences trois semaines après le début de l’opération Sangaris, incitant plusieurs experts à prôner un renforcement militaire français pour éviter l’enlisement.

Jeudi, les soldats français patrouillaient dans deux quartiers de Bangui, au lendemain d’un Noël sous tension qui a vu des centaines d’habitants tenter d’échapper à des tirs à l’origine non identifiée, ainsi que la mort dans des affrontements de cinq soldats tchadiens. Au moins une dizaine de civils ont été tués dans cette nouvelle flambée de violences.

Ces développements alimentent le débat en France, comme après chaque intervention militaire, autour d’un éventuel enlisement des forces françaises, 1.600 hommes, qui interviennent en vertu d’un mandat de l’Onu obtenu à l’initiative de Paris.

« Une situation humanitaire dramatique, un mandat unanime du Conseil de sécurité, un théâtre d’opérations bien connu de la France: toutes les conditions morales, politiques et opérationnelles paraissaient réunies pour conduire une intervention brève et réussie en République centrafricaine », rappelle François Heisbourg, de la Fondation pour la recherche stratégique, dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde daté de vendredi.

« Au lieu de cela, nos soldats se trouvent seuls, face à une situation locale nettement plus dure que prévue. Il n’y aura pas de succès rapide et nos troupes devront probablement être renforcées », ajoute-t-il, déplorant que la France ait choisi en Centrafrique une « dimension nationale » pour son intervention et non européenne.

Combattre un incendie avec un verre d’eau

Pour le général à la retraite Vincent Desportes, « la France n’a que deux solutions: soit se retirer, soit se renforcer ». Un retrait n’étant pas politiquement envisageable, « il faut donc renforcer sérieusement, monter très vite à 5.000, 6.000 hommes, avoir un effet de masse immédiat. Sinon on va combattre un incendie avec un verre d’eau », prévient-il.

Autre expert à souhaiter des renforts, le général à la retraite Bertrand Cavallier, citant le précédent du Kosovo, juge dans le magazine Le Point que « la France pourrait déployer ses unités de gendarmerie mobile » en Centrafrique afin d’y « restaurer la sécurité ».

Alors que le pays semble au bord de la guerre civile, alimentée par des tensions religieuses dans un cycle de représailles entre chrétiens et musulmans, la tâche des Français est rendue plus compliquée encore par l’attitude et les ambiguïtés de son allié tchadien, qui joue le rôle de protecteur de la minorité musulmane et est considéré comme la puissance régionale qui a mis en place l’ex-chef rebelle et président Michel Djotodia. Le Tchad fait aussi partie de la force africaine (Misca), censée être neutre.

« Les violences de Bangui, les manifestations antifrançaises, le rôle trouble de l’armée tchadienne annoncent des lendemains qui déchantent », écrit jeudi le quotidien Libération, tandis que Le Figaro estime qu’en Centrafrique « le scénario déraille » et que « les troupes françaises sont au cœur d’une situation quasi inextricable qui menace à tout moment de dégénérer ».

Pour Vincent Desportes, professeur à l’Institut de sciences politiques et ancien directeur de l’Ecole de guerre, interrogé par l’AFP, « c’est typiquement le genre d’opération le plus compliqué pour une force militaire: être une force d’interposition entre deux parties dans une guerre civile ». Pour autant, il juge qu’ »il n’y a que les rêveurs de la guerre courte et propre qui pouvaient imaginer que ça allait se passer en quelques jours ».

La réelle difficulté, selon lui, provient du faible appui procuré par la Misca à Sangaris: « On ne peut pas imaginer une force cohérente avec des contingents qui se font la guerre entre eux », souligne-t-il en référence aux récents tirs fratricides entre militaires tchadiens et burundais.

Député européen de l’opposition de droite et spécialiste des questions de défense, Arnaud Danjean craint un enlisement, notamment parce que « on doit séparer des gens qui ne sont pas constitués en armée, c’est quasiment du désarmement et de l’interposition individuelle (…). Et il n’y a pas de processus politique en toile de fond, même si on nous dit qu’il y aura des élections en 2014. Pour l’instant, c’est l’anarchie, le chaos absolu ».

Selon M. Danjean, « on a voulu entrer très vite dans un processus de désarmement avec un mandat visiblement très intrusif », avec un double risque inhérent: « être pris à partie très violemment, comme on l’a vu dès le début de l’opération avec la perte de deux de nos soldats, ou alors commettre des bavures ».
http://maliactu.net/centrafrique-les-difficultes-saccumulent-pour-larmee-francaise/


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Française Aujourd'hui à 10:38

Revenir en haut Aller en bas

Armée Française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L'armée française quitte l'Algérie, été 1964
» Les képis de l'armée française
» Création de l'armée française
» présentation des nouveaux véhicules de combat de l'armée française au portes ouvertes du 21e RIMA
» [FFSMC] White M2 Halftrack ("Saigon", armée Française)
Page 18 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum défense et géopolitique :: Les Armées du monde :: Europe - L'armée lettonne - c’est pour les Lettons-