Forum défense et géopolitique
Le Webmaster et les membres du forum vous souhaitent la bienvenue et vous invitent cordialement à les rejoindre en vous inscrivant
Forum créé le 1er Février 2010

Forum défense et géopolitique

 


AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Algérie - États-Unis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar
Ipman

Colonel

Colonel

Messages : 2003
Points actifs : 2717
Localisation : At home
Inscription : 26/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Algérie - États-Unis Ven 7 Jan 2011 - 20:27

Les Américains s’inquiètent des troubles en Algérie et en Tunisie

Washington convoque l’ambassadeur de Tunisie et suit les événements en Algérie

Citation :
rédaction (avec AFP) - 07/01/2011 - Les Etats-Unis sont "préoccupés" par les troubles sociaux en Tunisie et ont convoqué l'ambassadeur de ce pays, Mohamed Salah Tekaya, pour demander le respect des libertés individuelles, notamment
en matière d'accès à l'internet, a déclaré vendredi un haut responsable américain.

"Nous avons fait venir l'ambassadeur de Tunisie hier et avons exprimé notre préoccupation à l'égard de ce qui se passe avec les manifestations et avons encouragé le gouvernement tunisien à faire en sorte que les libertés civiles soient garanties, notamment la liberté de rassemblement", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat. "Nous avons aussi soulevé la question de ce qui ressemble à une ingérence du gouvernement tunisien dans l'internet, particulièrement dans les comptes Facebook", a-t-il ajouté devant la presse.

Le responsable américain s'est montré beaucoup plus prudent à l'égard de l’Algérie, en proie aussi à une vague d'agitation sociale depuis le début de la semaine à la suite d'une hausse des prix alimentaires et de ce qu'il a qualifié de "pénurie aiguë de logements, qui n'a pas été bien gérée par le gouvernement". "Il est trop tôt pour comprendre exactement ce qui se passe" en Algérie, a remarqué le haut responsable américain. "Nous essayons aussi de déterminer quelles sont les choses les plus efficaces et les plus urgentes à dire et à faire".
http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/washington-convoque-l-ambassadeur-de-tunisie-et-suit-les-evenements-en-algerie_13624.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ipman

Colonel

Colonel

Messages : 2003
Points actifs : 2717
Localisation : At home
Inscription : 26/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Ven 7 Jan 2011 - 20:37

Les USA ont toujours été présents de manière positive aux côtés de l'Algérie et de son peuple, surtout dans les moments difficiles comme ceux que nous traversons aujourd'hui. Ils le prouvent encore une fois en s'abstenant de brouiller les cartes ou de faire des commentaires à chaud sur la grave crise socio-économique qui secoue actuellement notre pays, afin de préserver l'avenir. Ce qui est en soi un signe d'encouragement lancé à l'égard de l'Algérie comparativement à la Tunisie. Je trouve que leur position est pleine de sagesse, de respect et de compréhension. Tout ceci devrait nous amener à espérer un développement harmonieux et un renforcement de la relation stratégique avec ce grand pays qui s'intéresse encore à nous malgré tout.


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
amirouche

Lieutenant-Colonel

Lieutenant-Colonel

Messages : 1637
Points actifs : 2143
Localisation : ****
Inscription : 14/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Ven 7 Jan 2011 - 23:01

Emeutes

Washington « surveille » la situation en Algérie


Citation :
rédaction (avec AFP) - 07/01/2011 - L'administration américaine « continue de surveiller » les affrontements entre jeunes manifestants et forces de l'ordre en Algérie, a indiqué vendredi 7 janvier le porte-parole du département d'Etat. « En Algérie, nous continuons de surveiller la situation (...), d'être en contact avec le gouvernement algérien et de veiller à la sécurité de nos compatriotes », a déclaré Philip Crowley.

Avant M. Crowley, un responsable américain avait attribué la crise en Algérie à « une pénurie aiguë de logements, qui n'a pas été bien gérée par le gouvernement ». « Il est trop tôt pour comprendre exactement ce qui se passe » en Algérie, avait remarqué ce haut responsable parlant sous couvert de l'anonymat: « Nous essayons aussi de déterminer quelles sont les choses les plus efficaces et les plus urgentes à dire et à faire.
http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/washington-surveille-la-situation-en-algerie_13626.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
oksana

Colonel

Colonel

Messages : 2036
Points actifs : 2648
Localisation : Alger
Inscription : 06/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Sam 8 Jan 2011 - 19:30

ils vont préve,ir leurs citoyens de ne pas se rendre en Algérie


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admin

Webmaster

Webmaster

Messages : 14750
Points actifs : 18940
Localisation : Alger
Inscription : 01/02/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Sam 7 Mai 2011 - 1:18

Les relations entre l'Algérie et les Etats-Unis se consolident davantage



Citation :
Algérie Presse Service - WASHINGTON - Les relations entre l'Algérie et les Etats-Unis continuent à connaître une dynamique de renforcement de plus en plus active, confirmée par les multiples visites croisées des responsables des deux pays dont celle du ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, à Washington. "Ce qui est retenu principalement de cette visite est la consolidation des relations bilatérales qui sont déjà importantes et qui se développent d'une année à une autre", a déclaré le ministre à l'APS à l'issue de sa visite de travail effectuée lundi et mardi dans la capitale fédérale. "Le ministre Medelci est ici au nom d'une relation très importante que les Etats-Unis entretiennent avec l'Algérie", a confirmé, pour sa part, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton en recevant son homologue algérien au département d'Etat.
http://www.algeriesoir.com/algerie/040511-les-relations-entre-lalgerie-et-les-etats-unis-se-consolident-davantage.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/

"Qui a le savoir, a le pouvoir"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admin

Webmaster

Webmaster

Messages : 14750
Points actifs : 18940
Localisation : Alger
Inscription : 01/02/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Ven 10 Juin 2011 - 13:31

Coopération algéro-américaine dans le domaine de la biotechnologie



Citation :
Par Kaci Haider | 10/06/2011 | 8:33 - Un protocole d’accord a été signé jeudi à Alger entre les États-Unis et l’Algérie dans le domaine de la biotechnologie et l’industrie pharmaceutique , susceptible d’ouvrir la voie à l’Algérie pour qu’elle devienne à terme un important pôle régional dans ce domaine.

Tout comme Singapour en Asie ou l’Irlande en Europe, l’Algérie pourrait être, dans un avenir plus ou moins proche, le pôle de l’industrie biopharmaceutique pour le Moyen-Orient et l’ensemble de l’Afrique.

« Avec ce partenariat, nous entrons dans une ère nouvelle et nous pouvons dire que nous en avons terminé avec le bricolage », a déclaré à la presse le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, à l’issue de la cérémonie de signature, qui s’est déroulée en présence du ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’Investissement, M. Mohamed Benmeradi.

Les firmes américaines n’ont pas choisi l’Algérie par hasard

Il a précisé que l’Algérie « offrait toutes les garanties et les possibilités aux grandes firmes pour venir investir », soulignant que les Américains, avant d’opter pour l’Algérie, avaient étudié la situation du pays « économiquement et politiquement » mais aussi les moyens humains, matériels et financiers dont il dispose. Pour M. Ould abbès, un autre atout réside dans la situation géographique de l’Algérie, « aux portes de l’Europe et, dans le même temps, portail de l’Afrique ».

Les géants américains du médicament, avec onze firmes, « n’ont pas choisi l’Algérie par hasard, car ils sont conscients de l’intérêt qu’ils ont en investissant dans le pays », qui possède des avantages intrinsèques et comparatifs lui « permettant de devenir le pôle de l’industrie biopharmaceutique dans la région », a relevé le ministre. M. Ould Abbès a annoncé en outre que le travail « commencera, dès la semaine prochaine, dans la ville de Sidi Abdallah (Alger) qui accueillera le pôle, et un comité de pilotage y sera élu ».

Pour sa part, le président du Conseil d’affaires algéro-américain (USABC), Dr Smaïl Chikhoune, a expliqué que cette nouvelle coopération avait pour objectif de stimuler l’industrie pharmaceutique en Algérie et « principalement d’en faire de l’Algérie le prochain Singapour », à savoir un « pole attractif en matière de recherche et développement et d’innovation dans l’industrie pharmaceutique ».

Comme c’était le cas pour Singapour, devenir un pôle biotechnologique ensuite une référence en la matière ne se fait qu’à travers « beaucoup de dialogue et de concertations » entre partenaires, a-t-il observé. « Le souhait des Américains est que l’Algérie devienne le pôle d’excellence et la destination pour la région Afrique et Moyen-orient en ce qui concerne la recherche dans la pharmaceutique et la biopharmaceutique », a-t-il dit.

L’Algérie future Singapour de la région

M. Chikhoune a également affirmé qu’une commission devrait être installée dès la semaine prochaine pour « dialoguer directement et passer à l’action et aller dans les détails ». Le ministre de l’Industrie, de la PME et de la promotion de l’Investissement, M. Benmeradi avait indiqué mercredi au Forum Santé Algérie-USA 2011 que les Américains avaient « évalué le marché algérien et ont fini par le considérer comme le futur Singapour de la région ».

Il a ainsi invité les acteurs de la filière pharmaceutique et biopharmaceutique étrangère, notamment américaine, à explorer les montages en partenariat pouvant être rapidement mis en oeuvre en Algérie et générer des richesses et des avantages mutuellement bénéfiques. L’Algérie, qui importe presque les trois quarts de ses besoins en médicaments pour près de 2 milliards de dollars par an quelque, tente de réduire la facture d’importation de produits pharmaceutiques en augmentant progressivement la part de la production intérieure de médicaments.
http://www.algerie-plus.com/actualite/cooperation-algero-americaine-dans-le-domaine-de-la-biotechnologie/


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/

"Qui a le savoir, a le pouvoir"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alien

Modérateur

Modérateur

Messages : 4634
Points actifs : 5566
Localisation : Tlemcen
Inscription : 16/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Mer 11 Jan 2012 - 8:14

Algérie - USA : Mémorandum d’entente entre le MESRS et World Learning

M. Henry Ensher, Ambassadeur des Etats-Unis : “Les relations entre nos deux pays sont exemplaires”


PUBLIE LE : 11-01-2012 | 0:00

[img:9825]http://www.elmoudjahid.com/temp/fr/actualite2[22185].jpg[/img:9825]

Citation :
Le programme de coopération entre les universités algériennes et le World Learning dont le coût est estimé à 2 millions de dollars, prend en charge la maîtrise de la langue anglaise qui croît depuis plusieurs décennies du fait de la mondialisation des échanges commerciaux et technologiques entre les pays.

Le développement et la maîtrise des langues étrangères, notamment l’anglais, en Algérie est l’un des objectifs fixés par la réforme universitaire. Un mémorandum d’entente entre le Ministère de l’Enseignement supé- rieur et de la Recherche scientifique et World Learning a été signé hier matin entre M. Mohamed Gharas, secrétaire général du MESRS, et Son Excellence M. Henry Ensher, ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Algérie, afin de prendre en charge cette langue qui croît depuis plusieurs décennies du fait de la mondialisation des échanges commerciaux et technologiques. La cérémonie de signature de la convention a eu lieu en présence du recteur de l’université de Bouzaréah et des cadres des deux parties. Il s’agit d’accompagner le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans cette opération avec d’autres perspectives qui sont en jeu.
Il s’agit de la formation des futurs formateurs d’université, le développement et l’évaluation des cursus de formation de la langue anglaise pour les adapter et les réactualiser afin qu’ils puissent répondre au marché du travail.
Cette opération d’envergure sera effectuée au niveau de trois écoles doctorales d’anglais au niveau des wilayas d’Oran, d’Alger II et d’Annaba, avec la mise en place d’un centre de carrière au niveau de l’université d’Ouargla.
A cette occasion, M. Gharas s’est félicité du rôle important joué par les autorités américaines et leur soutien indéfectible et leur accompagnement dans plusieurs domaines. «Ce mémorandum qui est le couronnement d’une série de discussions fructueuses vient à point nommé enrichir le cadre juridique de la coopération bilatérale qui traduit l’engagement des deux parties de réussir le partenariat dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique», a-t-il notamment indiqué.
Il n’a pas manqué d’insister sur l’importance de l’événement qui intervient au moment où les relations entre les deux pays connaissent un développement important dans divers domaines. «Ces relations se traduisent par des échanges bilatéraux, qui ont connu un accroissement considérable en 2006 avec la signature d’un protocole de coopération scientifique et technologique entre les deux parties», précise-t-il.
Qualifiant les relations bilatérales d’«excellentes» et d’«exemplaires», le SG du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a indiqué que le secteur place la coopération avec les Etats-Unis parmi ses priorités. Il n’a pas omis de relever la disponibilité des USA dans la mise en place d’une institution non lucrative qui aidera les instances concernées dans le perfectionnement et la maîtrise des langues afin de répondre à des défis et à des enjeux que l’Algérie doit relever en matière d’enseignement de la langue anglaise. Il faut dire que les besoins sont énormes en la matière. Ils se traduisent par la crise que connaît le secteur de l’éducation nationale dans le domaine de l’encadrement de l’enseignement des langues étrangères. Pour le SG du mministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, «la maîtrise de la langue, c’est également la maîtrise d’un espace anglo-saxon».
Pour sa part Son Excellence M. Henry Ensher a mis en exergue l’importance de cet événement qui englobe «l’investissement dans le champ académique» qui vise l’avenir de la jeunesse algérienne. «Les Etats-Unis s’engagent avec l’Algérie pour promouvoir les relations existant entre les institutions des deux pays», a-t-il affirmé.
Pour ce qui est du programme de coopération entre les universités algériennes et le World Learning dont le coût est estimé à 2 millions de dollars, le représentant des USA a insisté sur la priorité accordée à l’enseignement de la langue anglaise, le renforcement du leadership, la promotion du service public et l’engagement à tous les niveaux. Il a rappelé dans ce contexte que ce mémorandum est le deuxième du genre, après celui signé entre l’université Mentouri de Constantine et l’Institut William-Davidson de l’Université du Michigan.
Ces programmes d'éducation, d'échange et de développement cultivent l'innovation sociale nécessaire dans un monde qui rétrécit.
Sarah SOFI

M. Henry Ensher, Ambassadeur des Etats-Unis
“Les relations entre nos deux pays sont exemplaires”
«Les relations entre l’Algérie et les USA sont excellentes et exemplaires. Elles sont en train de s’approfondir dans plusieurs domaines tels que l’enseignement supérieur, l’éduca- tion… Le programme de partenariat entre les universités des deux pays reflète les progrès consentis dans le traitement avec la société civile et l’engagement des Etats-Unis d’Amériques et leur soutien aux institutions algériennes. Notre mission a toujours été celle de promouvoir l’échange d’expériences entre les deux pays et le renforcement des relations bilatérales».
S. S.
http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/22185


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/

"Il y aura toujours un champs de bataille"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
barbaros pacha

Modérateur

Modérateur

Messages : 2327
Points actifs : 3048
Localisation : Alger
Inscription : 17/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Ven 13 Jan 2012 - 10:19

Hillary Clinton salue les « réformes significatives » engagées par l’Algérie



APS/Madjid D. 12/01/2012

Citation :
La secrétaire d’Etat américaine, Mme Hillary Clinton, a affirmé jeudi que les relations entre les Etats-Unis et l’Algérie sont “’excellentes”, tout en saluant les “réformes significatives” engagées par l’Algérie pour conforter l’édifice démocratique.

La chef de la diplomatie américaine a fait cette déclaration lors d’un point de presse animé conjointement avec le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, à l’issue des entretiens que les deux parties ont eus au siège du département d’Etat. Mme Clinton a tenu également à exprimer ses “remerciements à l’Algérie pour son aide en faveur de la Tunisie et de la Libye” et a également salué les “consultations régulières” entre les Etats-Unis et l’Algérie sur les questions régionales ainsi que sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme.

Concernant les réformes politiques engagées par l’Algérie, elle a considéré qu’elles étaient “significatives” et que les Etats-Unis les accueillent “favorablement” du fait qu’elles participent à “l’élargissement du champ démocratique”.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
amirouche

Lieutenant-Colonel

Lieutenant-Colonel

Messages : 1637
Points actifs : 2143
Localisation : ****
Inscription : 14/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Jeu 16 Fév 2012 - 17:31

Investissement américain: La destination Algérie ressuscitée

Par : Badreddine KHRIS - 16.02.2012



Citation :
Des projets de partenariat entre les deux pays sont ciblés et connaissent d’ores et déjà une phase de concrétisation.

Le projet de création d’un pôle des biotechnologies dans lequel les Américains envisagent d’investir à l’horizon 2020 est qualifié de “grandiose” qui replacera l’Algérie sur la scène internationale à travers un secteur très noble, à savoir la santé. La recherche et développement et les traitements innovants attendus de ce partenariat conféreront une place de choix à l’Algérie dans le monde.

Trouver des solutions novatrices et développer des molécules nouvelles contre des maladies chroniques telles que le diabète, la sclérose en plaque, le cancer… comme le suggèrent les objectifs assignés à ce projet vont certainement permettre à notre pays de retrouver son rang dans le concert des nations. C’est du moins ce que pense Smaïl Chikhoune, président du Conseil d’affaires algéro-américain.

Selon lui, ce pôle va attirer tous les laboratoires américains et autres de renommée mondiale. Leur intérêt s’est également exprimé pour l’investissement dans les domaines de la pharmacie et la radiothérapie. Globalement, ces sociétés auront à investir au moins 10 milliards de dollars en Algérie d’ici à 2020.

“Nous avons tout fait pour que l’Algérie devienne le troisième pôle de ce genre après ceux de Dublin (Irlande) et Singapour et capte de ce fait des investissements d’une enveloppe d’au moins 10 milliards de dollars”, a indiqué, hier, M. Chikhoune sur les ondes de la radio Chaîne III.

Le protocole d’accord signé entre les deux parties coïncide avec le plan anticancer lancé par l’Algérie et qui vise la mise en place de 22 centres de lutte contre cette maladie. Par ailleurs, une trentaine d’hommes d’affaires algériens spécialisés dans l’agroalimentaire se déplacera le mois d’avril prochain aux États-Unis afin d’examiner les opportunités de partenariat avec leurs homologues américains.

Cette visite qui les conduira à Dallas (Texas), où se déroulera une grande foire des produits agroalimentaires, est organisée par le Conseil d’affaires algéro-américain en collaboration avec le FCE, le World Trade Center et Algex.

De par la crise qui secoue le monde actuellement, les USA, estime Smaïl Chikhoune, sont obligés de sortir de leur pays à la recherche d’un business ailleurs. “L’administration américaine opte en ce moment pour un nouveau déploiement vers le continent africain notamment l’Afrique du Nord”, a-t-il souligné. Et l’Algérie semble être, tel que l’explique le président du conseil, la plus ciblée parmi les États de cette région de par ses ressources humaines et naturelles et sa manne financière qui fait d’elle un pays solvable.

C’est ainsi qu’une délégation d’une trentaine d’hommes d’affaires algériens de référence à la Silicone Valley viendra à Alger les 20 et 21 mars prochain. Ce sont des Algériens qui viennent aider le pays et accompagner les PME nationales.

L’invité de la radio estime, cependant, que l’Algérie gagnerait à maintenir une stabilité du point de vue de sa législation et sa réglementation. “Pour décourager n’importe quel investisseur dans son projet, il suffit de changer les lois liées à l’investissement tous les trois ou six mois”, a-t-il avoué.
http://www.liberte-algerie.com/actualite/la-destination-algerie-ressuscitee-investissement-americain-172175


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
souleymane

Colonel

Colonel

Messages : 1998
Points actifs : 2505
Localisation : bejaia
Inscription : 21/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Dim 19 Fév 2012 - 11:17

Annulation de la visite de la secrétaire d’état américaine à Alger

Écrit par web - 19.02.2012

"Hilarante» Clinton"



Citation :
Par presse interposée, la visite projetée de Madame Hilary Clinton en Algérie semble sujet à toutes les spéculations. Il y a ceux qui, pour des raisons politiques propres à l’Algérie qui s’apprête à vivre un rendez-vous décisif et historique pour la nation algérienne, justifient son ajournement et ceux qui décodent, dans cette mue «hilarante», un message de Washington par rapport à la position algérienne vis-à-vis de la crise syrienne.

Visiblement informée grâce aux «calculs» de l’ambassadeur américain à Alger lequel s’est inventé un sondage, à la limite propagandiste, sur une tribune algérienne, la semaine dernière, Madame Clinton a tout l’air de vouloir suivre les indications de son «éclaireur» en poste, à Alger, pour refaçonner ses priorités dans la région et, particulièrement, dans un pays comme l’Algérie qui résiste au toilettage islamiste au nom de la démocratie et qui ne jure mourir que debout. Comme si la région du Maghreb, dont l’Algérie, évidemment, ne constituerait qu’un banal décor à changer ou des frontières à repeindre, au gré des prédispositions psychologiques et de l’humeur atlantiste. Une porte ouverte sur un continent riche, à une époque où le soleil, l’uranium, le pétrole, le gaz, l’eau, le phosphate… et même le cacao font exciter les moins hardis. Cela pourrait expliquer les raisons de cette diplomatie molle à l’adresse de l’Algérie et le soutien de toute révolte en son sein.

N’a-t-on pas vu l’ambassade organiser, un certain 27 avril 2011, une vidéo-conférence animée par la journaliste Elizabeth Bryant sur le rôle des blogs et des réseaux sociaux dans les révolutions arabes. «L’hilarité» était déjà de savoir pourquoi les jeunes algériens n’étaient pas «chauds» quant à un soulèvement au moment où Saâdi ne réunissait que 3 policiers autour de lui pour assurer sa sécurité, la Tunisie gâtait son jasmin, la Libye affichait sa folie de la foule et l’Egypte démembrait sa pyramide.

Une équation pas si simple, cette Algérie !

L’équation de la résolution du mal, cet islamisme qui constitue, certes, une donnée qu’il faudrait savoir gérer. Cela dépasse de loin les «suggestions», à peine masquées, de leur Excellence les ambassadeurs, français ou américain, d’ailleurs. Il n’appartient qu’aux acteurs politiques nationaux d’assumer leur responsabilité historique et d’éviter le mal, «es’sem», qu’on voudrait, aujourd’hui, nous réimporter par la douceur assassine de l’Oncle Sam. Ce mal nous a conduit en ce fond, il y a juste 10 ans, et il n’est plus question à quiconque, dusse-t-il être une personnalité politique émérite, de nous y pousser à son bord, et ce, après 200 000 morts.
S. Méhalla
http://www.jeune-independant.net/index.php?option=com_content&view=article&id=441:annulation-de-la-visite-de-la-secretaire-detat-americaine-a-alger&catid=1:actuels&Itemid=2
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Tarek

Administrateur

Administrateur

Messages : 3991
Points actifs : 5265
Localisation : 8°BB
Inscription : 10/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Mar 21 Fév 2012 - 1:49

APPUI DÉCLARÉ DE WASHINGTON AUX RÉFORMES ?

Hillary Clinton, ce samedi, à Alger



21.02.2012

Citation :
Contrairement à ce qui a été avancé par certains médias, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, effectuera une visite officielle, samedi prochain, a indiqué au Courrier D'Algérie une source diplomatique.

La visite de Hillary Clinton, qui répond à une invitation de son homologue algérien, Mourad Medelci, lors de la visite qu'il a effectuée à Washington, s'inscrit dans le cadre d'une tournée maghrébine de la secrétaire d'État américaine. Elle a été maintenue, alors que des médias, proches du Quai d'Orsay, s'étaient empressés d'annoncer son report, en raison de la période électorale.

Medelci avait annoncé que depuis quelques mois, Mme Clinton avait exprimé son intention de se rendre à Alger, répondant à une invitation adressée par l'Algérie, et «nous nous réjouissons de la recevoir», avait précisé Medelci, sur le perron de la Maison-Blanche. Il se trouvait à Washington pour une visite de deux jours, durant laquelle il avait rencontré son homologue américaine et le secrétaire d'État adjoint pour les Affaires du Proche-Orient, Jeffrey Feltman.

Déjà, le 3 mai 2011, Mourad Medelci, après un entretien avec elle à Washington, avait déclaré : «Le principe de la visite de Mme Clinton en Algérie a été arrêté, en 2010, et la date de sa visite sera fixée sur le plan diplomatique». Mais l'année 2011 s'est achevée sans voir la venue de Mme Clinton.

Depuis son installation au département d'État américain, elle a pourtant visité le Maroc et la Tunisie. L'Algérie s'est contentée d'accueillir plusieurs de ses adjoints, mais surtout des responsables militaires américains, venus, essentiellement, parler de lutte contre le terrorisme au Sahel.

Mme Clinton qui sera longuement reçue par le président Bouteflika aura plusieurs entretiens avec son homologue algérien. En raison de la brièveté de son séjour, elle ne rencontrera pas les acteurs de la société, civils, ni des leaders de parti politique, en raison, aussi, de la proximité des élections législatives.

Mais de fait, la visite de la secrétaire d'État américaine, la première en Algérie, depuis celle de Condoleeza Rice, en septembre 2008, est un appui déclaré au processus de reformes lancé par le président Bouteflika et à la tenue de législatives qui se veulent claires et transparentes.

Dans une intervention remarquée, début novembre, Mme Clinton a affirmé que l'arrivée d'islamistes «modérés» aux affaires dans plusieurs pays arabes ne gênait pas la politique des États- Unis, dans la mesure où ils se montrent respectueux des droits de l'homme et des règles élémentaires de la démocratie et de l'alternance politique.

Comme les autres pays occidentaux, les États-Unis ont vu avec inquiétude les partis islamistes remporter les premières élections post-«Printemps arabe» en Égypte et en Tunisie. Pas plus que les autres, ils ne sont optimistes sur leur propre capacité à peser sur le processus politique.

Pragmatiques, ils ont décidé de faire avec, et de prendre le train en marche et de prendre langue avec des islamistes, auxquels ils attribuent de «modérés » . Alors que les États-Unis étaient perçus, jusqu'alors, comme les champions du statu quo et du soutien aux autocrates, ils sont désormais obligés de repenser leur relation avec les pays arabes.

L'ambassadeur des États-Unis en Algérie, Henri S. Ensher, qui ne se gêne pas pour interférer dans la politique intérieure de l'Algérie, à la limite du supportable, a affirmé dans un entretien, à un quotidien arabophone, avoir insister pour que les réformes adoptées par les autorités répondent aux aspirations des Algériens.

Il considère, également, qu'il est prématuré de porter un quelconque jugement positif ou négatif, avant de constater les résultats sur le terrain. «Je pense que les prochaines élections seront une station qui montrera sur le terrain l'efficacité des réformes engagées», a-t-il ajouté.

Le même diplomate a expliqué qu'il est presque impossible de prévoir les résultats des prochaines élections, tout comme il était impossible d'imaginer la nouvelle carte politique dressée par les élections au Maroc et à la Tunisie.

Selon lui , le faible taux de participation aux législatives influera négativement sur le prochain gouvernement qui manquera de crédibilité. Enfin, dans le cas où les islamistes remporteraient les prochaines élections, les États-Unis ne changeront pas de position, selon Ensher.

«Nous n'avons aucun problème d'ordre idéologique ou religieux avec quiconque. Toutefois, ce qui est important, c'est qu'aucun parti n'utilise la violence ou la force pour arriver au pouvoir», a-t-il estimé. Ces déclarations, dignes d'un proconsul, n'ont suscité, à ce jour, aucune réaction officielle, si ce n'est les déclarations indignées de Louisa Hanoune.
Mokhtar Bendib
http://www.lecourrier-dalgerie.com/papiers/actualite.html#


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/


 Like a Star @ heaven  Si vis pacem, para bellum - Si tu veux la paix, prépare la guerre
Revenir en haut Aller en bas

avatar
U-480

Sous-Lieutenant

Sous-Lieutenant

Messages : 909
Points actifs : 1275
Localisation : ****
Inscription : 06/04/2011
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Mer 22 Fév 2012 - 13:47

Elle évoquera la situation interne et la préparation des législatives

Hillary Clinton samedi prochain à Alger pour rencontrer Bouteflika




TSA - 22.02.2012

Citation :
La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton est attendue, samedi 25 février, à Alger, dans le cadre d’une tournée régionale qui la conduira également en Tunisie et au Maroc, a annoncé, mardi soir, le Département d’État dans un communiqué. À Alger, Hillary Clinton s’entretiendra avec le président Bouteflika sur « la situation interne, la préparation des élections législatives du 10 mai et les défis auxquels fait face la région », a précisé le communiqué. Le Département n’a fourni aucun autre détail sur le programme algérien de Mme Clinton.

« Les entretiens qu’aura Mme Clinton, à l'occasion de son séjour en Algérie, porteront sur la consolidation de la relation bilatérale multiforme qui lie les deux pays, sur le train de réformes politiques profondes en cours dans notre pays », a souligné le porte‑parole du ministère, Amar Belani dans une déclaration, ce mercredi 22 février, à l'agence APS. Ces entretiens porteront également sur « certaines questions de l'actualité régionale et internationale d'intérêt commun telles que la conjoncture qui prévaut dans certaines parties du monde arabe, la relance de l'intégration régionale au Maghreb, la situation sécuritaire au Sahel et la lutte internationale contre le terrorisme et ses connexions », a‑t‑il ajouté.

C’est la première fois que la chef de la diplomatie américaine effectue un déplacement en Algérie. Ce voyage pourrait constituer l’occasion de connaître la position américaine sur les réformes politiques engagées par le président Bouteflika. Washington suit en effet de près l’évolution de la situation algérienne. L’année dernière, lors des émeutes qui ont secoué l’Algérie, les autorités américaines avaient réagi à plusieurs reprises, appelant notamment les forces de sécurité à la retenue contre les manifestants et les dirigeants politiques à mener des réformes profondes. Mais depuis l’annonce du programme de réformes politiques par le président Bouteflika, les Américains se montrent discrets, malgré les critiques suscitées par les textes de lois votés.

Une conférence sur la Syrie en Tunisie

La chef de la diplomatie américaine entamera sa tournée maghrébine en assistant à la conférence de Tunis sur la Syrie. Hillary Clinton assistera vendredi et samedi à cette « conférence des amis du peuple syrien », une proposition de Paris et Washington, à laquelle participeront des diplomates arabes et occidentaux, ainsi que le Conseil national syrien, principale instance de l'opposition syrienne, et d'autres groupes d'opposition. Ce voyage « entre dans nos efforts en cours avec nos amis, alliés et l'opposition syrienne pour concrétiser les prochaines étapes visant à faire cesser le massacre du peuple syrien et la poursuite de la transition démocratique en Syrie », a précisé le département d'État.
http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/hillary-clinton-samedi-prochain-a-alger-pour-rencontrer-bouteflika_19568.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
syphax

Colonel

Colonel

Messages : 2153
Points actifs : 2600
Localisation : Tlemcen
Inscription : 27/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Jeu 23 Fév 2012 - 10:41

Hillary Clinton en tournée ce week-end au Maghreb

Consolider le Maroc, neutraliser l’Algérie

le 23.02.12 | 01h00



Citation :
Faut-il se réjouir de l’arrivée de la secrétaire d’Etat américaine, Mme Hillary Clinton, samedi prochain à Alger ? Pour le pouvoir, c’est évident, il va tenter d’exploiter ce crochet pour vendre une belle image de lui : qu’il est fréquentable et jouit de quelque respectabilité du côté de Washington.
Suite : http://www.elwatan.com/actualite/consolider-le-maroc-neutraliser-l-algerie-23-02-2012-160194_109.php
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Icarus

Colonel

Colonel

Messages : 2057
Points actifs : 2602
Localisation : Alger
Inscription : 01/03/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Sam 25 Fév 2012 - 16:44

Arrivée à Alger de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton

Par Amine Taha | 25/02/2012 | 15:51



Citation :
La secrétaire d’Etat américaine, Mme Hillary Clinton, est arrivée aujourd’hui à Alger pour une visite de travail à l’invitation de son homologue algérien, Mourad Medelci. Mme Clinton a été accueillie à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene par M. Medelci.

La secrétaire d’Etat américaine, Mme Hillary Clinton, a affirmé que les Etats-Unis apprécient les réflexions et les opinions algériennes sur les différents événements dans la région. Les Etats-Unis " apprécient les réflexions et les opinions algériennes " sur les différents événements dans la région, a déclaré Mme Clinton à sa descente d’avion.

Elle a ajouté que son pays et l’Algérie entretiennent " un dialogue permanent dans tous les domaines ", soulignant que sa visite en Algérie a pour objectif de renforcer la coopération bilatérale entre Alger et Washington. " Je suis ici pour discuter du renforcement de la coopération bilatérale et échanger les idées sur le événements qui se déroulent actuellement dans la région ", a-t-elle dit.

Les entretiens qu’aura Mme Clinton lors de sa visite en Algérie porteront sur " la consolidation de la relation bilatérale multiforme qui lie les deux pays sur le train des réformes politiques profondes en cours dans notre pays ", avait indiqué le ministère des Affaires étrangères.

Ils porteront également sur " certaines questions de l’actualité régionale et internationale d’intérêt commun, telles que la conjoncture qui prévaut dans certaines parties du monde arabe, la relance de l’intégration régionale au Maghreb, la situation sécuritaire au Sahel et la lutte internationale contre le terrorisme et ses connexions ".

La première visite de Mme Clinton en Algérie, qui fait suite à celle effectuée en janvier dernier à Washington par M. Medelci, consacre la dynamique de consolidation des liens bilatéraux, que traduisent les visites devenues plus fréquentes des hauts responsables américains en Algérie. L’Algérie s’apprête à la tenue d’élections législatives en mai prochain, tout en initiant de plus vastes réformes politiques dans le cadre du parachèvement de l’édifice démocratique.

Les Etats-Unis ont salué cette démarche tout en félicitant le gouvernement algérien des efforts engagés dans ce sens. Sur le plan bilatéral, la lutte contre le terrorisme constitue un des pivots du partenariat entre l’Algérie et les Etats-Unis qui, à maintes reprises, ont salué les efforts déployés par l’Algérie, perçue par la partie américaine comme un partenaire incontournable dans la lutte contre ce fléau notamment dans la région du Sahel.

Dans le domaine économique, les Etats-Unis continuent à occuper le rang de premier client de l’Algérie qui est classée, selon le département américain du Commerce, parmi les 20 premiers pays ayant une balance commerciale excédentaire avec les Etats-Unis. La dernière visite effectuée par un chef de la diplomatie américaine (Condoleezza Rice) en Algérie remonte à septembre en 2008, après celle de son prédécesseur, Colin Powell, en décembre 2003.
http://www.algerie-plus.com/actualite/arrivee-a-alger-de-la-secretaire-detat-americaine-hillary-clinton/


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/



" Même dans les ténèbres les plus obscures, il y a toujours de l'espoir "
Revenir en haut Aller en bas

avatar
syphax

Colonel

Colonel

Messages : 2153
Points actifs : 2600
Localisation : Tlemcen
Inscription : 27/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Dim 26 Fév 2012 - 0:24

Les messages de Clinton au pouvoir algérien



25.02.2012

Citation :
La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a achevé samedi soir sa courte visite à Alger après une rencontre avec le président Abdelaziz Bouteflika, suivie d’un diner. Rien n’a filtré sur le contenu des entretiens avec le chef de l’État algérien. Mais la durée de la visite – 4 heures – et le choix de Mme Clinton de commencer son déplacement par une rencontre avec la société civile constituent des messages forts à destination du pouvoir algérien à moins de trois mois des législatives.

Des trois pays du Maghreb figurant dans sa tournée, l’Algérie est celui où la secrétaire d’État aura passé le moins de temps. C’est aussi le seul pays où elle n’a pas passé la nuit (ce soir, elle a gagné le Maroc, où elle passera la nuit). D’ailleurs, c’est à se demander comment le président Bouteflika a accepté de la recevoir dans ces conditions.

Le message est clair : Washington privilégie des relations et encourage les pays qui se sont clairement engagés sur la voie des réformes démocratiques. « Je viens de Tunisie et demain je serai au Maroc, mon message est le même : les peuples du Maghreb (...) ont besoin et méritent de pouvoir décider pour eux‑mêmes », a dit Mme Clinton. « Les peuples du Maghreb sont aussi talentueux et travaillent aussi dur que les autres peuples du monde », a‑t‑elle ajouté.

Comprendre : l’Algérie doit suivre l’exemple de ses voisins et s’engager sur la voie de la démocratie. La Tunisie et le Maroc ont connu en 2011 des élections libres alors que l’Algérie s’apprête à organiser des élections sur lesquelles pèsent de lourds soupçons de fraudes. Washington s’est dit prêt à aider l’Algérie à organiser les prochaines élections. « Si on nous le demande, nous entrerons en contact avec des groupes d'experts pour qu'ils travaillent avec les autorités en Algérie pour appuyer les élections », a‑t-elle dit.

À Alger, Hillary Clinton a délivré un autre message au pouvoir. La société civile et le secteur privé, souvent ignorés par les autorités, doivent avoir leur mot à dire dans les choix qui engagent l’avenir du pays. Le gouvernement ne doit plus décider tout seul de ce qui est bon ou mauvais pour l’Algérie. Associer la classe politique n’est plus suffisant. D’ailleurs, à Alger, Hillary Clinton n’a rencontré aucun membre de l’opposition.
http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/les-messages-de-clinton-au-pouvoir-algerien_19615.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
janissaire

Lieutenant-Colonel

Lieutenant-Colonel

Messages : 1652
Points actifs : 2398
Localisation : El Djazair
Inscription : 07/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Dim 26 Fév 2012 - 5:09

Rabat et Alger doivent mieux collaborer ensemble, selon un responsable américain

Par Lila Ghali | 25/02/2012 | 23:08



Citation :
L’Algérie et le Maroc, voisins, doivent collaborer plus étroitement ensemble alors qu’ils sont de " très bons partenaires " des Etats-Unis dans la lutte anti-terroriste, a déclaré samedi à Alger un haut responsable américain, cité par l’AFP.

" Tant le Maroc que l’Algérie sont pour nous de très bons partenaires dans le contre-terrorisme ", a-t-il déclaré à quelques journalistes, en marge de la visite de quelques heures de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton dans la capitale algérienne.

" Mais ils ne sont pas entre eux de très bons partenaires et ce serait un plus s’ils pouvaient travailler ensemble de manière plus étroite ", a-t-il souhaité tout en notant " des signes d’ouverture plus grande entre Rabat et Alger ". " L’un des objectifs de la Secrétaire (d’Etat Hillary Clinton) sera de les encourager à oeuvrer de manière plus étroite ensemble ", a-t-il ajouté.
http://www.algerie-plus.com/actualite/rabat-et-alger-doivent-mieux-collaborer-ensemble-selon-un-responsable-americain/#comment-73601
Revenir en haut Aller en bas

avatar
karim

Commandant

Commandant

Messages : 1410
Points actifs : 1875
Localisation : ****
Inscription : 15/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Dim 26 Fév 2012 - 7:38

L'AXE ALGÉRO-AMÉRICAIN SE PRÉCISE

Par Kamel LAKHDAR-CHAOUCHE - Dimanche 26 Fevrier 2012

Citation :
L'Algérie et les USA ont actionné de nouveaux leviers dans le sens d'un rapprochement géostratégique, au moment où le Monde arabe vit des révoltes.

La visite éclair effectuée, hier à Alger, par la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, renseigne largement sur les relations étroites entretenues par Alger et la Maison-Blanche. D'autant plus que cette escale intervient dans un contexte régional marqué par des profondes mutations politiques survenues et en cours en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Un espace géographique où l'Algérie tend à devenir un acteur et un interlocuteur régional incontournable.

Ce fait s'explique notamment par une dynamique de rapprochement entreprise depuis 2010, par les deux parties dans les domaines politique, économique, militaire et sécuritaire. Cela avant que ces relations bilatérales enregistrent une forte densité l'année écoulée à la suite des révoltes intervenues au Moyen Orient et dans le Maghreb. Il n'y a qu'à voir le nombre de visites d'officiels, de secrétaires d'Etat, des représentants de la sécurité nationale, des envoyés spéciaux de la Maison-Blanche, mais aussi des militaires de haut rang effectuées à Alger.

A l'évidence, l'Algérie et les Etats-Unis d'Amérique ont actionné de nouveaux leviers dans le sens d'un rapprochement géostratégique dans les régions du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, qui vivent une situation historique. Outre le partenariat algéro-américain dans le cadre de la lutte antiterroriste, il faut dire que les changements en cours au Moyen-Orient et au Maghreb et la chute de certains régimes traditionnellement alliés des USA, en l'occurrence le régime égyptien, ont fait de l'Algérie, épargnée par les vents de révolte dans le Monde arabe, étant un acteur et un interlocuteur stratégiques dans la région.

«Soucieux et avertis, les USA ont inclus l'Algérie comme un partenaire régional stratégique dans la nouvelle carte géostratégique de tout le Moyen-Orient, mais surtout de l'Afrique du Nord», précise le directeur du Crss, M'hand Berkouk, corroborant cela par les consultations entreprises entre les parties algérienne et américaine au sujet de la stabilité régionale et les réformes politiques en mesure d'assurer des changements ordonnés et pacifiques au Maghreb et au Moyen-Orient.

Des régions, explique le spécialiste des questions géostratégiques, où les Etats-Unis d'Amérique comptent des intérêts majeurs qu'ils considèrent inclus dans sa nouvelle carte politique mise en oeuvre par l'administration Bush, connue sous le nom de projet du «Grand Moyen-Orient». Outre l'ensemble des pays arabes, il couvre l'Afghanistan, l'Iran, le Pakistan, la Turquie et Israël qui ne partagent pas un dénominateur commun avec le Monde arabe.

Pour M'hend Berkouk, l'Algérie constitue par conséquent un allié stratégique pour les USA en Afrique du Nord et à un degré moindre au Moyen-Orient. «Le souci de la sécurité énergétique américaine et l'introduction des grandes firmes pétrolières chinoises en Afrique et dans certains pays du Machrek obligent les USA à se rapprocher de l'Algérie», a fait remarquer dans une précédente interview à l'Expression, William B. Quandt, un ancien membre du Conseil de la sécurité nationale américaine.

L'Algérie constitue d'une part, analyse-t-il, désormais au regard des USA, l'un des plus grands pays d'Afrique et ce, en matière d'espace, de ressources énergétiques, mais aussi en matière de stabilité et de cohésion nationale. Et de l'autre, il a relevé que les changements intervenus dans le cadre du Printemps arabe et leurs conséquences au plan régional et international ont précipité et redessiné les relations traditionnelles de l'axe Alger-Washington.

D'autant plus que cela s'est passé au moment où la diplomatie française multiplie ses maladresses et des propos à la limite de la provocation à l'égard de l'Algérie. Qui ne se souvient pas des déclarations du ministre français des Affaires étrangères accusant l'Algérie d'avoir prêté main-forte à l'ex-régime de Mouamar El Gueddafi en Libye?

Néanmoins, il est à signaler que tout au long de cette «guéguerre diplomatique» algéro-française, les USA renforçaient et déclaraient leur soutien à la position algérienne qu'ils n'avaient pas manqué de saluer à diverses occasions et ce au moment même où Paris mettait à rude épreuve Alger. Les visites officielles entre Alger et Washington, ayant marqué l'année écoulée, en sont les preuves.
http://www.lexpressiondz.com/actualite/148998-l-axe-algero-americain-se-precise.html
Revenir en haut Aller en bas

avatar
barbaros pacha

Modérateur

Modérateur

Messages : 2327
Points actifs : 3048
Localisation : Alger
Inscription : 17/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Dim 26 Fév 2012 - 14:25

Revenir en haut Aller en bas

Dey Hassan

Sous-Lieutenant

Sous-Lieutenant

Messages : 927
Points actifs : 1306
Localisation : Guelma
Inscription : 06/02/2011
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Lun 27 Fév 2012 - 11:52

Entretien avec Henry S. Ensher, ambassadeur des États-Unis à Alger

"Si les gens ne participent pas aux prochaines législatives, ils n'auront aucune possibilité d'influencer les décisions"



26.02.2012

Citation :
Au cours de sa tournée maghrébine Hillary Clinton a passé toute une journée en Tunisie et deux jours au Maroc. Mais à peine quelques heures en Algérie. Comment interpréter ces choix d’agenda ?

Chaque visite a des objectifs spécifiques. L'objectif principal de la visite de Mme Clinton en Algérie était le maintien des relations bilatérales. L'Algérie demeure un partenaire important pour nous. Lors de son passage à Alger, la secrétaire d’État a discuté de plusieurs questions régionales surtout avec le président de la République Abdelaziz Bouteflika.


Mme Clinton vient pour la première fois en Algérie. Elle a déjà effectué plusieurs voyages en Tunisie et au Maroc. Pourquoi les hauts responsables américains snobent‑ils l'Algérie

Les visites de hauts responsables américains, celles du président ou du secrétaire d’État par exemple, interviennent généralement quand il y a une crise ou une mission spécifique à accomplir. Il faut savoir que ce n'est pas vraiment fréquent qu'un haut responsable visite un pays sans un objectif précis.

Cela dit, je pense que le plus important est l'intensité des visites et donc la consolidation de nos relations. Au cours de ces six derniers mois, il y a eu une série de délégations américaines composées d'officiels de hauts rangs. Certaines étaient militaires, civiles et d'autres économiques.


Les dernières positions diplomatiques de l'Algérie par rapport aux évènements dans la région ont agacé certaines puissances occidentales. Qu'en est‑il des États‑Unis ?

Les officiels algériens nous ont bien expliqué leurs positions relatives aux principes du respect de la souveraineté et de la non‑ingérence dans les affaires internes d'un autre pays. Les États‑Unis respectent ces principes. Concernant la crise syrienne, nous comptons soutenir le peuple syrien. Cette position ne sera pas en contradiction avec la position de l'Algérie.


L'Algérie reste, pour l'instant, à l'écart du Printemps arabe. Croyez‑vous à une "spécificité algérienne" ?

Chaque pays a ses spécificités. Cependant, je pense que les Algériens ont les mêmes aspirations et ambitions légitimes que les Tunisiens, les Égyptiens et les Libyens. Nous espérons qu'ils vont pouvoir les réaliser dans le cadre des réformes en cours et des élections législatives prévues pour le mois de mai. Hier, la secrétaire d’État avait d'ailleurs souligné la nécessité de prendre part à ce rendez‑vous électoral. Car si les gens ne participent pas au processus des réformes et aux prochaines législatives, ils n'auront aucune possibilité d'influencer les décisions qui seront de toute façon prises et qui auront un impact direct sur eux.


Vous parlez de la nécessité de s'impliquer dans le processus de réformes. Justement, comment jugez‑vous les textes votés, sachant qu'ils ont été critiqués par une partie de l’opposition et la société civile ?

Je n'ai pas de commentaire à faire sur des textes que je n'ai pas lus moi‑même. Mais je pense que la société civile algérienne a le droit d'insister sur la nécessité d'avoir plus de liberté dans l'exercice de ses activités et dans ses relations avec ses partenaires étrangers dans un cadre légal.

De par mon expérience, je peux vous dire, en tous cas, que le texte est une chose et que son application en est une autre. Dans certains pays, les textes donnent une certaine liberté à la société civile mais leur mise en œuvre par le gouvernement est limitative. L'une des tactiques utilisées par exemple, c'est de ne pas répondre aux demandes d'enregistrement ou d'accréditation d'organisations. La mise en œuvre des textes est aussi importante que les textes eux‑mêmes.


Des élections législatives auront lieu en mai prochain. Quelles sont vos attentes par rapport à ce scrutin ?

En ce qui concerne le processus électoral, il est très important d'avoir une observation significative. Le gouvernement algérien a fait un grand effort en ce sens. Des discussions sont en cours, en ce moment, avec plusieurs organisations internationales pour superviser les élections législatives. Nous espérons que ce processus se déroulera dans de bonnes conditions et qu'il sera bien supervisé. Le résultat des élections ne nous concerne pas ! On est prêt à travailler avec le ou les partis qui remporteront ces élections.


Contrairement à d'autres puissances occidentales, les États‑Unis ne semblent pas inquiets de la victoire des islamistes dans la région. On parle même aujourd'hui d'une nouvelle stratégie américaine consistant à accepter l'émergence des islamistes, autrefois pourchassés par les dictatures en place, pour ne pas à avoir à les accueillir en Occident. Qu'en pensez‑vous ?

D'abord, nous n'avons peur de personne ! Ensuite, je voudrais vous dire que j'aurais souhaité que les États‑Unis aient une stratégie aussi compliquée mais ce n'est pas possible et cela est dû à notre système politique. Mais nous avons certains principes. L'un d'eux est de travailler avec tout le monde excepté les partis, groupes politiques ou gouvernements utilisant la force pour rester au pouvoir par exemple.


Moubarak, par exemple, est pourtant resté au pouvoir des années durant en utilisant la force contre sa population. C'était de l'un de vos partenaires…

Il y a d'autres exemples. Mais nous n'essayons pas d'imposer notre volonté de par le monde. Nous sommes aussi pragmatiques et donc nous prenons la réalité en considération. Nous avons nos principes. Quand une opportunité se présente, notre réponse est rapide.


On parle de plus en plus de l'ouverture des frontières entre l'Algérie et le Maroc. Vous avez même proposé, dans une déclaration à la presse, une médiation américaine…[/b]

Jamais ! Il n'y aura pas de médiation. Les Algériens sont nos amis et les Marocains aussi. La décision relève des prérogatives des deux gouvernements. Cela dit, on pense que la consolidation des relations entre ces deux pays sera bénéfique pour eux mais aussi pour les États-Unis


L'ouverture des frontières permettra de relancer l'Union du Maghreb arabe. Comment voyez‑vous cette relance ?

L'Union du Maghreb arabe (UMA) aura un rôle significatif en matière de sécurité, de développement économique et d'intégration régionale. Le rôle de l'UMA sera bénéfique.


Comment évaluez‑vous les relations entre l'Algérie et les États‑Unis ?

En trois mots, nos relations actuelles sont bonnes, en voie d'amélioration et de consolidation. Mais elles sont toujours limitées. Cela n'est pas dû à une volonté politique mais à des raisons historiques dont la langue, la culture et la distance. Il y a cependant un grand potentiel pour le futur de cette relation.
http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/si-les-gens-ne-participent-pas-aux-prochaines-legislatives-ils-n-auront-aucune-possibilite_19625.html


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
amirouche

Lieutenant-Colonel

Lieutenant-Colonel

Messages : 1637
Points actifs : 2143
Localisation : ****
Inscription : 14/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Lun 27 Fév 2012 - 18:58

Ça commence toujours comme ça…

Par Maamar Farah - 27.02.2012

Citation :
Mme Clinton met sur un pied d’égalité le gouvernement d’un pays souverain, le «secteur privé» et «la société civile», parties avec lesquelles Washington voudrait dialoguer pour «aider l’Algérie» !

Je sais, par expérience, que quand les États-Unis commencent à s’intéresser à «l’émancipation» d’un peuple, comme ils l’ont fait jadis en Amérique latine, récemment en Irak et en Afghanistan et actuellement en Syrie, les ennuis ne sont pas loin…

P. S. : c’était bien son mari qui dirigeait les Etats-Unis lorsque la barbarie terroriste était à son comble ici. C’était à ce moment-là que nous avions tant besoin d’aide. Maintenant, vous pouvez circuler Madame. Les Patriotes ont chassé vos robots «afghans». Et si certains pleurnichent parce que quatre heures, c’est peu, ce sont, pour nous, quatre heures de trop !
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/02/27/article.php?sid=130844&cid=2


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rais Hamidou

Colonel

Colonel

Messages : 1988
Points actifs : 1986
Localisation : chez-moi
Inscription : 08/11/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Mar 28 Fév 2012 - 9:50

Le service de sécurité de Hillary Clinton très rugueux avec la presse maghrebine



Citation :
La tournée de la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, au Maghreb a montré la persistance d'un certain regard des Américains sur la dangerosité des peuples de la région. Des journalistes tunisiens ont été agressés par le service de sécurité de Mme Clinton alors que leurs confrères algériens ont été interdits de poser des questions. Pour le reste Mme Clinton a prôné les idées de liberté.

Tout a commencé en Tunisie quand les services de sécurité de la secrétaire d’Etat US, Hillary Clinton, ont traité avec brutalité, samedi passé, plusieurs journalistes au sein du siège du ministère des Affaires étrangères de leur propre pays. Sous prétextes de « mesures de sécurité», les barbouzes de Me Clinton se sont comportés en envahisseurs en allant jusqu'à « chasser » deux journalistes de Chems FM.
Suite : http://maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/9373-le-service-de-securite-de-hillary-clinton-tres-rugueux-avec-la-presse-maghrebine.html
Revenir en haut Aller en bas

avatar
janissaire

Lieutenant-Colonel

Lieutenant-Colonel

Messages : 1652
Points actifs : 2398
Localisation : El Djazair
Inscription : 07/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Mar 28 Fév 2012 - 20:47

Davantage de boursiers dans les universités américaines et création d’un nouvel organisme

Les jeunes Algériens intéressent Washington

Hadjer Guenanfa - 28.02.2012

Citation :
Les États‑Unis d'Amérique continuent de manifester un intérêt croissant à l'égard des jeunes Algériens. Cette semaine, Ronan Farrow, le conseiller spécial de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton pour les questions internationales relatives à la jeunesse, était à Alger. Un nouvel organisme, le Comité de l'ambassadeur pour les jeunes, vient d'être mis en place. Il sera chargé « du suivi et de l'évaluation des actions entreprises par les États‑Unis en faveur de cette frange de la société », a indiqué M. Farrow, lors d'une rencontre avec la presse organisée lundi dans la soirée à l'ambassade des États‑Unis à Alger.
Suite : http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/les-jeunes-algeriens-interessent-washington_19638.html



Salut Youcef, voici le lien dont je t'ai parlé

http://www.express.be/videos/fr/

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fencer

Modérateur

Modérateur

Messages : 1138
Points actifs : 1876
Localisation : Tam
Inscription : 25/12/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Jeu 8 Mar 2012 - 23:22

Le gouvernement algérien lutte "activement" contre la drogue (Département d’Etat US)



(APS) jeudi 8 mars 2012 12 : 21

Citation :
WASHINGTON - Le département d’Etat américain a affirmé mercredi que "le gouvernement algérien s’attelle activement" à lutter contre la drogue transitant par l’Algérie et qui se compose de cannabis d’origine marocaine.
http://www.aps.dz/Le-gouvernement-algerien-lutte.html
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Terminator

Lieutenant

Lieutenant

Messages : 1050
Points actifs : 1450
Localisation : Adrar
Inscription : 14/04/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Dim 25 Mar 2012 - 18:18

Algérie-Etats-Unis : La langue anglaise veut se faire une place en Algérie

Par Amine Taha | 25/03/2012 | 14:07

http://www.algerie-plus.com/actualite/algerie-etats-unis-la-langue-anglaise-veut-se-faire-une-place-en-algerie/

Revenir en haut Aller en bas

avatar
amirouche

Lieutenant-Colonel

Lieutenant-Colonel

Messages : 1637
Points actifs : 2143
Localisation : ****
Inscription : 14/05/2010
Nationalité : Algérie

MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis Sam 21 Avr 2012 - 15:14

Hillary Clinton à Alger (les non dits d’une visite).



JEUDI 8 MARS 2012, 18:28 Diaspora Saharaui

par Dr: HOCINE Fouad

Citation :
Si la première dame américaine aux affaires étrangères à prit la peine de faire le déplacement à Alger certainement pas pour relancer les relations bilatérales, ni pour discuter business et encore mois pour lancer du haut de son statut à qui veut l’entendre « que le temps est propice pour que la société civile s’engage davantage et doit prendre son destin en main en allant voter en toute liberté afin de choisir les vrais démocrates parmi les prétendants.

Certes le printemps arabe, la lutte antiterroriste, la sécurité au sahel, le Sahara occidental, les relations Algéro-marocaines tendues et la situation dramatique en Syrie sont les dossiers chauds du moment, mais il serait naïf de croire que ce déplacement s’inscrirait uniquement dans ce cadre là ;

Alors pourquoi une telle visite d’un poids lourd américain en Algérie? Question

Et pourquoi en ce moment précis ? Question

En tout cas pas par amour au peuple syrien meurtri dans sa chaire ni par solidarité aux Anti-assed défenseurs d’une hypothétique démocratie à l’américaine, mais parce que le feu est au poudre du coté israélien, son enfant gâté de toujours et son existence serait menacée par un Iran nucléaire.

Aux dernières informations et ce n’est un secret pour personne, il semblerait qu’Israël est sur le point de mener une attaque militaire éclaire dite préventive contre les installations abritant des sites d’enrichissement d’uranium sur le sol Iranien avec ou sans le consentement des USA ; L’Iran des perses en fin rusé connait l’imminence d’une telle menace et commence à déployer ses forces militaires (quoique modestes) aussi bien en méditerranée qu’au détroit d’Hermouz en soufflant tantôt le froid, tantôt le chaud.

Et c’est ainsi que les deux ennemis protagonistes du moment se retrouveraient face-à-face jouant une partie d’échec sur le sol Syrien, le roi Assed est la pièce maitresse son sort déterminerait le nom du gagnant par « Echec et Matt ».

L’Iran jetterait tous son poids politique et militaire en Syrie pour soutenir le régime en place en tout cas jusqu’à ce que sa bombe serait fin prête, de l’autre coté les USA et Israël souffleraient sur les braises pour faire tomber la dynastie d’El Assed le plus rapidement possible car c’est une véritable course contre la montre qui s’est engagée depuis que les espions israélo-américains auraient eu les preuves formelles de l’imminence de la bombe atomique iranienne.

Cette dame serait venue certainement pour écouter directement de nos officiels leur lecture des événements et leur faire comprendre les éventuelles retombées négatives pour l’Algérie si la situation géopolitique et géostratégique venait à changer brusquement par l’apparition d’un Iran nucléaire.

Quant à la guerre civile en Syrie et ces milliers de morts, le secrétariat d’état américain aux affaires étrangères aurait le temps suffisant pour ficeler le dossier « Syrie » et le présenter sur un plateau en or à Israël via ses puissants lobbys domiciliés aux USA et c’est ainsi qu’Israël restera la puissance maléfique du moyen orient.

Les Echos de Sidi Bel Abbès, 26/2/2012
http://diasporasaharaui.blogspot.com/2012/03/hillary-clinton-alger-les-non-dits-dune.html

Like a Star @ heaven En d'autres termes, Clinton souhaite que l'Algérie aide à dissuader l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. Paradoxalement, la CIA a récemment déclaré que l'Iran ne cherche pas à développer l'arme nucléaire. hum


Forum Défense et Géopolitique
http://defensedz.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Algérie - États-Unis

Revenir en haut Aller en bas

Algérie - États-Unis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» U. S. Coast Guard (garde-côtes des États-Unis)
» achat mac etat unis
» Monument Valley (Etats-Unis)
» Les Grades dans l'Armée de Terre des Etats Unis
» Deux journalistes tués en direct aux Etats-Unis
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum défense et géopolitique :: Focus sur l'Algérie moderne :: Relations internationales
-